Photos sous-marines, plongeurs photographes et plongée sous-marins

  
  plongée
Accueil arrow Le Matériel
Le Matériel

Il est bien loin le temps de l’argentique compliqué, onéreux et surtout bien décevant pour le débutant lors du développement de ses photos au retour de ses vacances.

Heureusement, le numérique a ouvert les portes de la chasse au poisson clown, permettant de faire le tri lors du retour de plongée et au final d’augmenter les clichés de bonne qualité.

Olympus, Canon….toutes les grandes marques on maintenant leur caisson de plongée adapté à des appareils compacts et performants, idéal pour la photo souvenir qui parfois n’a rien à envier à certaines photos professionnels (la chance sourie parfois à certains).


Le caisson :

Le caisson est une boite étanche en polycarbonate, carbone ou aluminium anodisé avec des commandes extérieurs qui viennent s’appuyer à l’intérieur sur les commandes de l’appareil photo, l’étanchéité se fait par joints toriques et presses étoupes. Sur la face avant on fixe un hublot qui est choisi en fonction de l’objectif utilisé, ces hublots ont des accessoires comme les bagues qui viennent se monter sur les objectifs permettant de régler l’ouverture, le zoom où la mise au point.
Il existe aussi des extensions de hublot qui permettent d’utiliser des objectifs de longueurs différentes ou des convertisseurs sans changer de hublot.
Certains caissons sont aussi équipés de détecteur d’humidité, bien pratique, mais il est souvent trop tard lorsque l’alarme se déclenche.


Les hublots :

Les photographes exigeants utilisent une large gamme d’objectifs et les hublots sont donc différents en fonction de l’objectif utilisé. Le verre du hublot constitue l’interface avec le milieu aquatique. Il est souvent préféré au hublot en plastique en raison du rendu de qualité supérieur. Le phénomène de réfraction induit une diminution du champ angulaire, les poissons paraissent plus gros et peuvent être déformés, une aberration chromatique peut parfois dispersées les couleurs.

►Hublot plan, hublot zoom, hublot macro:
Tous ces hublots sont équipés d’un verre plat, ils conviennent pour les objectifs de focale 35 mm aux différents zooms, jusqu’au 200 mm macro.

►Hublot à petit dôme (dôme port) :
Le dôme port est destiné au focales fixes de 24/28mm, les grands angles et zoom très grands angles.
►Hublot pour grand angle :
Le grand dôme est destiné aux objectifs grand-angle de 20 mm suivant sa qualité il y aura plus ou moins des distorsions sur les bords, il peut parfois convenir pour des focales plus courtes.

►Hublot fish-eye :
Ce dôme comme son nom l’indique est conçu pour les objectifs fish-eye super grand angle comme le 15 mm.


Les filtres UR PRO

Lorsque l’on plonge, les couleurs rouge et orange sont les premières à disparaître, les filtres Urpro fabriqués par une société Américaine qui détient le brevet sont destinés à compenser,
Raviver et réchauffer les couleurs .Ces filtres oranges fabriqués spécialement pour le sous marin se fixent devant le hublot du caisson.


Le Mi Air Mi Eau:

Il est recommandé de choisir un jour ou l'eau est très calme et de privilégier un cadrage vertical.
Le flash sera dans la partie immergé.

La recette : il faut un caisson avec un grand angle et l'autofocus désactivé (accès au focus manuel par la commande de zoom). Il faut ensuite rajouter une demi lentille devant la partie de l'objectif qui sera dans l'eau (coller une demi lentille sur une bague porte-filtre).
La correction de la lentille est en fonction de la courbure du hublot (pour des hublots Ikelite et autres hublots très bombés, lentille +4).


Les Flashs:

Etant donné que l’eau absorbe la lumière, les flashs sous marin imposent d’être très puissant (la puissance se calcule en nombres guide), l’idéal étant d’avoir deux flashs.
Le premier en principal, pour l'ajout de lumière, le second en "slave", moins puissant, pour limiter les ombres crées par le premier.

Il faut aussi pouvoir déporté le flash car lorsque l’eau est chargée en particules, le but est d’envoyer la lumière sur le coté afin que cette dernière ne soit pas reflétée vers vous, car des points et/ou carrés blancs apparaîtraient sur la photo.

Les flashs ont des angles de couvertures différents, si vous avez un grand angle assurez vous que le flash peut le couvrir, on peut utiliser un diffuseur pour agrandir cet angle mais cela aura pour conséquence de perdre en puissance.

Pour être sur que votre flash soit orienté vers le sujet à photographier, il faut utiliser une lampe pilote qui n’est malheureusement pas toujours en série. En bricolant un peu, vous pouvez fixer une petite lampe avec faisceau concentrée sur le coté de votre flash.


La Synchronisation:

La synchronisation par cable électrique: la plus simple et efficace, un câble relie le flash au caisson, les prises sont variables d’une marque à l’autre mais des cordons avec prises différentes de chaque cotés se trouvent sur le marché.

La synchronisation par cellule esclave: une cellule interne au flash sous marin (cellule slave) détecte la lumière émise par le flash interne de l'appareil et déclenche immédiatement le flash externe.

La synchronisation par fibre optique: le flash est relié à l'appareil par une fibre optique qui est fixée devant le flash intégré, par un velcro qui masque l'éclair. Au milieu se trouve une cellule photoélectrique. De l'autre côté, sur le flash distant, la fibre vient se connecter sur la cellule du flash.


Le Contrôle de l'Exposition:

Contrôle manuel: en fonction de la distance du sujet et de la luminosité, on règle en manuel via une molette la puissance du flash.

Contrôle TTL et le numérique: le contrôle est analysé à travers l'objectif. Un pré-éclair est envoyé, un capteur analyse la lumière auxiliaire, détermine la puissance du flash nécessaire, puis un second éclair vient fournir la lumière nécessaire. L'analyse de l'éclair est plus ou moins sophistiquée selon la marque de l'appareil. les appareils compacts numériques utilisent presque tous le contrôle TTL pour l'exposition de leur petit flash intégré.